Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Doyenné Haubourdin Weppes <span>Diocèse de Lille</span>
Menu

Edito de la semaine prochaine ......... A propos du Séminaire de Lille

clipart église

Suite à l'inauguration du nouveau Séminaire ce 10 septembre 2018, le Père Christophe Danset nous invite à l'espérance

Ce lundi 10 septembre, un nouveau lieu de formation pour les prêtres a été inauguré à Lille. Les séminaristes et les pères du séminaire ont quitté l'immense maison du 74 rue Hippolyte Lefebvre pour deux maisons beaucoup plus petites dans le Vieux-Lille.

Ce déménagement est d'abord le signe d'une crise sans précédent : depuis quelques années le nombre de jeunes en formation pour devenir prêtre à Lille a plongé : ils ne seront que 6 cette année.

Mais plutôt que d'épiloguer sur la crise de l’Église, nous pouvons regarder les signes d'espérance dont ce changement est porteur :

1/- Notre archevêque, Mgr Ulrich, prend un véritable risque en refondant le séminaire. Il eut été beaucoup plus simple de déclarer la fermeture pure et simple du séminaire et d'envoyer les derniers jeunes se former à Paris ou à Rome. Et s'il n'y a pas d'entrées nombreuses dans les années qui viennent, il faudra fermer ce nouveau séminaire et il ne manquera pas alors de personnes pour dire que cette refondation était un projet impossible. Je suis heureux pour ma part de voir une Église qui prend le risque d'essayer, qui accepte la possibilité de l'échec.

2/- Quitter les immenses et magnifiques locaux de l'ancien séminaire pour quelque choses de beaucoup plus simple et petit, c'est accepter de tourner la page d'une Église-Institution, voire d'une Église-Administration, pour se lancer dans l'aventure d'une Église-Start Up, d'une Église-Fraternité, d'une Église-Pionniers. Ce n'est pas que les locaux, c'est tout l'état d'esprit qui change.

3/- Refonder une communauté avec seulement 6 séminaristes, c'est croire que, même si nous chrétiens qui assumons notre foi et essayons d'en vivre nous sommes peu nombreux, nous pouvons réellement faire rayonner le Christ dans le monde et former une communauté heureuse. Bref c'est un signe d'espérance pour beaucoup de nos paroisses ! Nos efforts ne doivent pas avoir pour but de restaurer un passé glorieux mais de faire jaillir aujourd'hui la flamme de la foi. Notre avenir ne ressemblera pas à notre passé, sauf pour l'essentiel : la joie d'annoncer le Christ ressuscité à tous !

Portons la refondation du séminaire dans notre prière, et proposons largement aux jeunes, garçons et filles, de se consacrer au service du Christ et de ceux qu'Il veut rencontrer aujourd'hui.

                                  Père Christophe Danset

 

Mots-clés associés :