Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Doyenné Haubourdin Weppes <span>Diocèse de Lille</span>
Menu

Compte rendu de la soirée

Le jeudi 15 octobre, dans la salle municipale de Wicres, à l’initiative de l’équipe locale CCFD et du Doyenné Haubourdin-Weppes, le père Gérard RENIERS nous invitât à « entrer » dans ce texte de François, salué par tous comme un document majeur pour l’avenir de l’humanité.

 

Une soirée pour se familiariser avec l’encyclique « Laudato si »

 

                                                 du pape François

 

     Il a un sous-titre : « Pour la sauvegarde de la maison commune ». Cette encyclique est adressée « à toutes les personnes de bonne volonté », (pas seulement aux seuls chrétiens), mais « à chaque personne qui habite cette planète ». C’est un document qui responsabilise, un appel « pour une nouvelle civilisation », en somme, une « conversion écologique ».

 

La clé de lecture, une affirmation du Pape y revient très souvent : « Tout est lié », la question écologique (centrale), la question sociale (quelle solidarité avec les plus pauvres ?), la question éthique (comment vivre, et selon quelles valeurs ?), et la question spirituelle (quel sens donner à notre passage sur terre ?).

 

             « Laudato si » se structure en 6 chapitres. Dans le premier, le pape commence par évaluer la situation actuelle du monde, en se référant aux derniers résultats scientifiques connus. Il expose ensuite la tradition judéo-chrétienne pour développer les motifs d’un engagement en faveur de l’environnement (chapitre 2). Il propose ensuite de dépasser l’observation des symptômes de la crise écologique pour en interpréter les causes profondes (chapitre 3). Au chapitre 4, il fait une proposition d’écologie intégrale, à la fois environnementale, économique et sociale. Ensuite, il définit des pistes d’orientation et d’action (chapitre 5). François termine son encyclique en insistant sur les ressources spirituelles qui peuvent permettre à l’humanité de changer (chapitre 6).

 

 Chapitre 1 : Ce qui se passe dans la maison « Terre » (N° 17 à 61)

 

  1. Le changement climatique (migrations climatiques, indifférence générale …)

  2. La perte de la biodiversité :    La question de l’eau (besoin fondamental de la vie)

                                            La dégradation de la qualité de la vie humaine et la dégradation sociale

    Inégalités planétaires (pointées depuis longtemps par le CCFD, il nous appelle à les combattre)

     

    Chapitre 2 : L’Evangile de la Création (N° 62 à 75)

 

  1. Notre planète est un don, pas un dû (nous n’en sommes pas les propriétaires, mais les gestionnaires, et      nous devons en garantir la fertilité, la sauvegarder pour les générations futures)

  2. Tous habités par l’esprit (ensemble, la nature et l’Homme, nous participons au mystère de la vie et de   l’existence)

  3. Une communauté de destin (Notre Terre avec qui nous partageons l’existence, est comme une mère qui           nous accueille à bras ouverts. Nous n’avons pas le droit de faire n’importe quoi avec la Terre).

     

    Chapitre 3 : La racine humaine de la crise écologique (N° 101 à 136)

 

  1. Un appel à une cohérence de vie (défendre l’homme intégralement. Si on ne défend pas la valeur d’un pauvre, d’un embryon humain, d’une personne handicapée, alors on ne sera pas capable de vivre un véritable évangile écologique. Tout est lié.)

     

    Chapitre 4 : L’écologie intégrale (N° 137 à 162)

  2. Toujours rechercher Le Bien Commun : le bien-être social (doctrine sociale de l’Eglise), les droits fondamentaux nécessaires au développement intégral de tout homme, la famille (cellule de base de la société), la paix

  3. Les pauvres, les exclus, les migrants : Loin des yeux, loin du cœur. Ils ne peuvent plus continuer d’attendre

     

    Chapitre 5 : Quelques lignes d’orientation et d’action (N° 163 à 201)

    Et si on ralentissait ? La croissance n’a pas de sens si elle bafoue la justice sociale. Afin de récupérer les valeurs abandonnées par une frénésie mégalomane, le Pape nous suggère d’accepter une certaine décroissance dans quelques parties du monde, une certaine sobriété, pour une saine croissance.

     

    Chapitre 6 : Education et spiritualité écologiques (N° 202 à 246)

 

  1. L’école des petits gestes : Et nous ? Que faisons-nous ? Le public de cette soirée a pris le temps de débattre sur les petits gestes quotidiens par lesquels nous rompons les logiques de l’égoïsme,  de la consommation effrénée. Ce sont aussi des gestes d’attention mutuelle et citoyenne pour construire un monde meilleur, signes de « l’amour de la société et de l’engagement pour le bien commun ».

  2. La beauté sauvera le monde

  3. Assoupis ou responsables ?

  4. Conversion écologique : c’est une profonde conversion intérieure.

  5. Sobriété : vers plus de simplicité…Chemin de joie et de paix

  6. Signes sacramentaux et le repos pour célébrer.

     

    En conclusion : Trois appels du pape François

     

  7. Appel aux politiques pour qu’ils prennent leurs responsabilités avec courage.

  8. Appel à la cohérence : conversion de nos cœurs et de nos manières de vivre.

  9. Appel à la contemplation … « Tout est caresse de Dieu ».