Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Doyenné Haubourdin Weppes <span>Diocèse de Lille</span>
Menu

Couleurs liturgiques

Voir le calendrier

Les couleurs liturgiques

Dans la vie de tous les jours, les couleurs soutiennent un message : "rouge" : je m’arrête ; "vert" : je peux passer… Qu'en est-il en liturgie ? La réponse du Père Sébastien, assomptionniste.Publié le 21 mai 2014.

prêtre en habit litugique vert présentant l'hostie c DR

Toute une palette de couleurs est utilisée dans la liturgie. Ce sont des signaux qui nous permettent au premier coup d’œil de nous situer : aujourd’hui nous fêtons un martyre… ou c’est l’avent… ou encore c’est le temps ordinaire. Rouge, blanc, violet, vert, mais aussi or, rose et cendrée, mais aussi naguère dans les rites gallicans : le brun ou le noir a orfroi rouge….

Les couleurs principales de la liturgie d’aujourd’hui

Blanc : Le blanc c’est la couleur de Dieu : pureté sans tache. C’est aussi la couleur des baptisés qui portent l’habit blanc. Dans l'antiquité, le blanc est aussi la couleur de la liberté. Porter l'habit blanc pour un baptisé manifeste cette liberté que Dieu donne à celui qui le reconnait. Enfin, le blanc est aussi le couleur de la fête. C’est une couleur de lumière qui tout en illuminant exprime aussi une certaine simplicité une innocence et en même temps une certaine force qui mélangée à toute autre couleur l’éclaircira, l’attirera vers la lumière.

On se sert du blanc dans l'Église romaine, aux fêtes de notre Seigneur Jésus-Christ comme Noël, l'Épiphanie, Pâques, l'Ascension, la solennité du Corps et du Sang du Christ, la solennité du Sacré-Coeur et aux fêtes de la Vierge Marie, de la Toussaint, des anges, ainsi qu'à celles des Pontifes, Docteurs, Confesseurs, Vierges et en général de tous les saints et saintes qui ont exprimé leur foi sans donner leur vie par le martyre et donc le sang versé.

Rouge : couleur de force et même de fougue. Le rouge par son éclat rappelle fortement la puissance du feu et de l’amour et par sa couleur : le sang. Le rouge exprime quelque chose d’une passion peut être aussi d’un certain danger. Le rouge est aussi la couleur de l’amour du courage du don de soi jusqu’au don du sang comme celui des martyrs qui a la suite du Seigneur lui-même révèlent qu’il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa Vie pour ceux que l'on aime" (Jn 15, 13).

Cette couleur éclatante est utilisée principalement aux fêtes des Martyrs (y compris celles des Apôtres) mais aussi du Saint Esprit à la Pentecôte ou au messe votives à l’Esprit. Le rouge est encore utilisé le Dimanche des Rameaux, le vendredi Saint ainsi que pour l'élection du souverain pontife.

Violet : couleur de l'attente de la rencontre avec le Christ. Le violet, se compose du mélange des couleurs rouge et bleu qui manifestent pour le rouge dans l’iconographie de l’église orientale l’humanité du Christ et le bleu sa divinité. C’est ce que nous révèlent notamment les icônes du Christ Pentocrator. Le violet est utilisé pendant le temps de l’avent qui prépare l’Eglise à l’Incarnation, la venue de Dieu dans le monde. Le violet est également utilisé pour le temps du carême qui invite à préparer l’humanité à entrer dans le passage de Pâques. A Noël : Dieu entre dans le temps de l’homme. A Pâques l’homme entre au plus intime de la vie de Dieu.

Le violet est donc la couleur de la préparation aux deux mystères essentiels de la foi : l’Incarnation et la Rédemption. Le violet est utilisé aussi pour le sacrement de la réconciliation qui restaure l’homme par l’amour de Jésus Christ. Il est aussi utilisé au moment des funérailles chrétiennes pour dire le passage du baptisé auprès de Dieu.

Vert : couleur de l'espérance et de la croissance, le vert, symbolise le calme, la paix, l'espérance, Cette couleur évoque aussi la nature, la création de Dieu, le monde que Dieu aime . C’est une douce invitation non seulement à aimer notre monde voulu et aimer par Dieu lui même, mais aussi à y déployer tous les trésors de l’Evangile dont nous sommes les intendants… C’est notre route personnelle, mais aussi notre route communautaire en Eglise au cœur de la famille humaine.

C’est une manière de dire l’œuvre de Dieu au cœur du monde et de la création, par la réponse de ceux qui prennent au sérieux l’évangile : qui aiment, pardonnent, consolent, relèvent, encouragent… au jour le jour… C’est l’ordinaire des jours du chrétien… aimer et faire circuler l’amour… Un temps ordinaire qui l’est par l’extraordinaire de l’Evangile. C’est le couleur naturelle de la liturgie et de la prière qui travaille le monde et le transforme en commençant par le cœur des croyants eux-mêmes.

Rose : le violet éclaircie… il manifeste la douceur et en même temps l’impatience pour la fête que le violet prépare. Le rose est utilisé deux jours par an : le dimanche de gaudete -le troisième dimanche de l’avent- et le quatrième dimanche de carême que l’on appelle le dimanche de laetare

Le noir est peu utilisé. Il est réservé au deuil.

Le gris cendré : utilisée à Lyon cette couleur est typique du rite lyonnais. Elle est utilisée pendant le carême en semaine.

Le bleu : une couleur normalement interdite, mais autorisée dans les seuls Espagne et Amérique latine pour la fête de l’Immaculée Conception. Certains y voient une couleur mariale, pourtant dans la liturgie eucharistique c’est uniquement le Christ que l’on célèbre.

L’or : enfin qui peut être utilisé particulièrement pour les deux sommets liturgiques de l’année : Pâques et Noël en remplacement du blanc.

Les couleurs qui accompagnent le temps de l’année liturgique constituent ainsi quelque chose de l’arc en ciel de l’alliance.

Père Sébastien, assomptionniste
http://croire.la-croix.com/Definitions/Vie-chretienne/Liturgie/Les-couleurs-liturgiques
Croire.com (origine du texte ci dessus)


Les couleurs liturgiques
http://www.liturgiecatholique.fr/Les-couleurs-liturgiques.html

Accueil > Liturgie > La vie de la liturgie > Au service de la liturgie > Service de l’autel > Pour les servants d’autel > Les couleurs liturgiques

Toi, qui sers la messe régulièrement, tu sais que la couleur des ornements (étoles, chasubles...) change régulièrement. Tu ne t’es peut-être pas posé la question de la symbolique de ces couleurs et comment l’Eglise les a choisies.

A l’origine, les célébrants n’utilisaient pas de vêtements particuliers mais le Blanc était déjà privilégié. C’est la couleur qui traverse toute la bible, de l’ancien au nouveau testament. Dans les textes de la bible, tu verras que le blanc évoque la simplicité, la pureté, l’innoncence. Mais c’est aussi la couleur de la lumière, de la joie de la révélation du Christ, de sa résurrection.

C’est bien pour cela que pour ton baptême, on t’a revêtu d’un vêtement blanc, c’est aussi celui que tu portes pour servir la messe. Par le Christ, tu es appelé à la transfuguration, à la vie nouvelle des enfants de Dieu.

Au cours des siècles, petit à petit, sont apparus les divers vêtements liturgiques et les couleurs.

La première couleur qui a été introduite fut le Rouge, couleur du sang, du feu, de l’amour. Le sang est le signe de la vie. Par son sang, le Christ nous sauve. Les martyrs témoignent par le don de leur sang. Le rouge est donc utilisé pour célébrer les martyrs, le dimanche des Rameaux, des messes qui invoquent l’Esprit Saint (signe d’Amour du Père et du Fils) comme la solennité de Pentecôte, les célébrations de confirmations, et aussi souvent les ordinations.

Par la suite d’autres couleurs ont été utilisées, le Vert, couleur de printemps, d’une idées de renouvellement, de l’apaisement, de la paix. Cette couleur évoque aussi la nature, création de Dieu, la poussée des feuilles, la vie, la promesse des fruits et des récompenses. Le vert nous incite à cultiver le jardin de nos coeurs. Le vert est utilisé pendant le temps ordinaire, ce qui ne veut pas dire "banal", il est marqué entre le temps de Noël (l’Epiphanie) et le temps de carême et également entre la Pentecôte et le temps de l’Avent.

La dernière couleur que nous allons évoquer est le Violet, c’est d’ailleurs celle qui fut introduite le plus tardivement. Au départ, c’était souvent le noir qui la remplaçait. C’est la couleur de l’attente, de la préparation de la conversion, de la pénitence, du deuil.

En découvrant un peu plus chaque jour le sens de ces couleurs, tu vois combien ce n’est pas pour amener de la variété dans la liturgie que l’on utilise des couleurs différentes mais bien pour donner du sens à nos gestes, pour aller au coeur de notre foi. Chaque couleur montre un état de notre esprit, un signe de Dieu.

Avec les couleurs liturgiques, nous voyons combien notre foi et son expression ne sont pas seulement intellectuelles, mais que tous nos sens ont besoin d’être mis en éveil.

Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article http://www.liturgiecatholique.fr/Les-couleurs-liturgiques.html

Il n'y a aucun élément dans ce dossier pour l'instant.